Livres

Ils nous racontent leurs vies – épisode 4

« …Moi aussi, je rêve! Depuis toujours, mon rêve est de pouvoir porter des lunettes magiques qui pourraient afficher un sous-titrage instantané des paroles émise par l’interlocuteur observé… » Une belle idée de Mélanie Hamm pour des futurs inventeurs-bricoleurs !

Mélanie Hamm est malentendante, ni sourde, ni entendante et pourtant dans le témoignage de sa vie beaucoup d’expériences sont proches de celles des sourds.
Par exemple elle nous dit : « Il ne suffit pas d’amplifier le niveau sonore pour qu’une personne malentendante se mette miraculeusement à comprendre son environnement sonore ».

Dés le début de son livre « Écoute » aux éditions Calleva, elle avertit le lecteur : certains passages en italique ont été écrits lorsqu’elle était très jeune. Elle avait inventé une histoire avec deux personnages dont l’un, un garçon, était sourd.

Dans la vraie vie, elle est née jumelle avec un garçon mais a du faire face à de nombreux problèmes de santé alors que son frère était en pleine forme. Grâce à lui, elle a appris de son environnement sonore car il lui répétait ou lui expliquait ce qu’il entendait.
Pour cette raison, ses parents n’ont remarqué la malentendance de leur fille qu’à l’âge de 7 ans.
Avec son frère, elle va rester très complice jusqu’au lycée mais un jour leurs choix d’études vont les séparer et Mélanie va être confrontée à toutes les difficultés.
Elle ne pourra plus suivre et pire ne pourra plus comprendre ce qui se passe, ce qui se dit. Elle va même penser qu’elle est devenue bête. Elle n’arrive plus à mémoriser et à intégrer les informations qu’elle reçoit autour d’elle.

Deux mains qui parlent et écoutent

Image Zbell Festival

C’est un livre d’une grande intelligence, très bien écrit. Elle arrive à nous faire comprendre, à nous faire sentir tout ce qu’elle traverse avec beaucoup de sensibilité. Elle décrit tout ce qui l’aide et tout ce qui lui fait obstacle. Elle découvre que sa culture est  plus visuelle car  tout ce qui est audible reste flou. A l’école maternelle par exemple elle se rappelle de son prénom écrit : »Mon prénom me fascinait. je le trouvais visuellement très riche et joli…surtout parce qu’il possédait de belles voyelles comme le « e », le « a », le « i »…étrangement en visualisant les prénoms des personnes que j’aimais, ils me devinrent tangibles et parlants. »
Un jour  qu’elle arrive enfin à lire, elle comprend que la lecture est la clef de la connaissance alors elle devient boulimique de livres. Elle se met à tout lire, des gros livres, des BD, des romans, des revues…

Puis l’adolescence arrive avec tous ses « je ne peux pas » quand elle tente de se projeter vers l’avenir. A cela s’ajoute bientôt une baisse de sa vue et cette dualité en elle : elle rêve de devenir complètement sourde et en même temps cela lui fait terriblement peur. Il y a aussi « l’angoisse de parler, d’être complètement hors sujet et de passer pour une idiote. » Alors elle s’isole de plus en plus mais un jour, un professeur va l’aider.

Il lui dit : « il ne faut pas vous isoler. Pourquoi demande-t-elle ? Pour être heureuse affirma-t-il »…un peu plus loin dans le texte : « Il répéta beaucoup. Quand je perdais le fil de ses explications, il écrivait. Il comprit que le mieux était de m’expliquer sans parler avec des schémas ou des images. » Grâce à la ténacité de ce professeur qui lui donnera aussi des cours de soutien, elle a pu aller jusqu’au Bac et obtenir cet examen.

« Contre toute attente, c’est à la faculté que j’allais trouver mon vrai bonheur. »

Mélanie Hamm est diplômée en psychologie et docteur en sciences de l’éducation. Elle est devenue Maître de conférences à l’Université d’Aix-Marseille et chercheuse au Laboratoire Parole et Langage du CNRS.

Pour en savoir plus sur les malentendants :
http://www.journee-audition.org/malentendant-sourd.html

http://www.surdi.info/je-cotoie-une-personne-sourde-ou-malentendante/sourd-malentendant-deficient-auditif-le-choix-des-mots/

http://blog.collibris-app.com/le-zbell-festival-un-festival-unique-a-destination-des-sourds-et-malentendants/

On peut lire aussi une étude de Mélanie Hamm sur la langue des signes à Marseille dans une revue de sociologie : http://glottopol.univ-rouen.fr/telecharger/numero_27/gpl27_02hamm.pdf

Isabelle

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s