Livres

Jirô Taniguchi, le talent du manga

jiro-taniguchi-photo

Il est parti là-haut le 17 février 2017 ce qui a attristé la plupart des lecteurs.

Tout simplement, c’est l’un des plus grands mangaka (auteur de mangas).

Il était déconcerté par l’intérêt que porte le public français à son travail car au Japon, on trouvait ses histoires trop simples, trop littéraires.
Parlons brièvement de son parcours impressionnant …

Jirô Taniguchi est né d’une famille modeste à Tottori, dans le Sud du Japon le 14 août 1947.

Son rêve devient réalité lorsqu’il devient mangaka à 22 ans sans avoir fait d’études artistiques.

Il débute dans la bande dessinée en collaborant avec différents scénaristes au Japon avant de publier seul son premier manga « L’Homme qui marche » sorti en 1991. En France, il sera publié chez son éditeur Casterman en 1995.

Une quarantaine d’ouvrages a été édité par Casterman depuis. Beaucoup deviendront de gros succès.

A cette époque, il est considéré comme le plus européen des dessinateurs japonais.

Il est influencé par la BD européenne dont celle de Moebius, Bilal ou Crespin

Jirô Taniguchi a été couronné par de nombreux prix dont celui du Meilleur scénario au festival de la Bande Dessinée d’Angoulême, en 2003, pour le premier tome de son désormais cultissime « Quartier lointain ».

En quarante ans de création, ce maître japonais s’est confronté à la plupart des genres du 9e art (la bande dessinée / manga) dans une oeuvre à la dimension universelle.

De nombreux lecteurs sont fascinés par son originalité puisqu’il réalise la passerelle entre la bande dessinée et le manga.

Vous voulez lire ses œuvres ? C’est par ici !

 

Au plaisir de partager nos coups de cœurs avec vous !

 

Justine : Ne connaissant pas du tout l’univers des mangas, je suis tombée sur « Quartier lointain »  de Jirô Taniguchi, qui m’a beaucoup marqué. L’histoire d’un homme Hiroshi, perdu dans sa vie d’adulte, qui retrouve son adolescence quelque moment. Rêve et réalité se mêlent ici.

Nadège : J’ai adoré « Journal de mon père ». Jirô Taniguchi a marqué le monde des mangas par son originalité et ses idées. Il est et restera irremplaçable. On reconnaît son travail grâce à son coup de crayon inoubliable et inégalable.

Stéphanie : En ce qui me concerne, aimant bien tout ce qui touche à la nourriture, j’ai beaucoup apprécié « Le gourmet solitaire »  et « Les rêveries d’un gourmet solitaire ». Ils m’ont fait découvrir la gastronomie japonaise.

Bonus :

La vidéo à l’hommage de Jirô Taniguchi est rediffusée sur Youtube. Par contre malheureusement elle n’est que partiellement sous-titrée.

Pour les plus curieux, cliquez ici.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s