Vie des bibliothécaires

Regards croisés Sourd et entendant sur le métier de bibliothécaire

Labouda, Sourde, référente LSF, et Elise, entendante, poste transversal pôle Sourds/section jeunesse à la bibliothèque Fessart.

 Depuis combien de temps es-tu à la bibliothèque Fessart ?

Labouda : Je suis à la bibliothèque Fessart depuis un an, le temps passe vite ouah !

Elise : Je suis arrivée à Fessart le 7 juillet 2016. J’avais effectué mon stage de fin de formation « Métiers du livre » à la bibliothèque Fessart début 2015. Pour ce stage, j’étais rattachée à la section jeunesse et au pôle Sourds. J’ai beaucoup apprécié les actions auprès des enfants autistes sourds des hôpitaux de jour. Cette expérience enrichissante m’a donné envie de travailler auprès du jeune public et autour de la culture sourde et de la langue des signes. En février dernier, j’étais en poste dans une autre bibliothèque d’Île-de-France. On m’a proposé de m’engager à Fessart, au pôle Sourds. Un poste presque fait sur mesure ! Espérant revenir depuis près d’un an, j’ai saisi immédiatement l’opportunité !

Comment as-tu découvert le travail en bibliothèque ?

Labouda : Au fond de moi, j’ai toujours voulu travailler dans le social et la santé avec des enfants… J’ai recherché un job qui correspond le plus à mes passions… J’ai eu la chance de trouver ce job sur Facebook car quelques critères me correspondaient…

Elise : Ma première immersion dans le métier de bibliothécaire remonte à mon entrée en formation métiers du livre, en septembre 2014. Cette formation m’a donné l’occasion d’effectuer des stages en bibliothèques, notamment à Fessart, et d’apprendre progressivement le métier.

Qu’est ce qui t’a donné envie de travailler en bibliothèque ?

Labouda : J’avais envie d’accueillir le public, surtout les enfants, à la bibliothèque…

Elise : J’ai une formation initiale en médiation des publics dans les milieux artistiques et culturels. Quand j’étais médiatrice dans une association, je suis intervenue dans des bibliothèques pour faire des ateliers. A cette occasion, j’ai pu observer le métier de bibliothécaire, ce qui m’a amenée à réfléchir à une réorientation. Ce métier allie la médiation auprès des jeunes publics et ma curiosité pour les arts et la littérature jeunesse en particulier. Cela permet aussi une telle polyvalence ! Être bibliothécaire permet d’apprendre tous les jours, c’est si enrichissant !

Ce que tu n’imaginais pas faire en étant bibliothécaire ? ce que tu as découvert dans ce métier ?

Labouda : Je n’imaginais pas qu’on pouvait faire des actions hors les murs en bibliothèque. J’ai cru que je resterais toujours comme prisonnière. Et non ! Je vous conseille d’y travailler, si vous vous intéressez à ce métier. On est polyvalent et ça m’a permis de découvrir beaucoup d’activités différentes !

Elise : Avant d’entrer dans le métier, je n’imaginais pas pouvoir être aussi polyvalente, avoir la possibilité de mener autant d’activités au cours d’une même semaine, voire même d’une seule journée…

Ce que tu préfères dans ton métier de bibliothécaire ?

Labouda : Accueillir ! J’apprécie de raconter des histoires aux enfants autistes sourds dans les hôpitaux de jour (ça change peu). Bien sûr je dois m’adapter à eux, les accompagner et échanger sur les livres. Certains signent, d’autres non, ça dépend. Et aussi j’accueille des enfants Sourds qui sont en situation difficile. Comme en hôpital de jour, ce que j’aime c’est l’humanité et les relations humaines. Elles sont riches vous savez !

Elise : Dans ce métier, ce que je préfère ce sont les temps d’échanges avec les groupes d’enfants, Sourds et entendants : écoles, hôpitaux de jour ou encore crèches, ce sont toujours des moments forts.

Un auteur ou illustrateur que tu as découvert ou que tu aimes particulièrement ? Un genre que tu as (re)-découvert ?

Labouda : C’est difficile d’en trouver que j’aime particulièrement, car j’en aime plein. Mais je ne m’en rappelle plus le nom des auteurs, ce n’est pas trop important pour moi. Bref. Ce qui m’intéresse c’est d’aimer le dessin et l’histoire, peu importe l’auteur.

Elise : Tellement d’auteurs et d’illustrateurs me viennent à l’esprit quand on me pose cette question. Il est très difficile de n’en choisir qu’un seul. Je préfère citer plusieurs de mes coups de cœur : François Place, le duo Jean-François Chabas et David Sala, Shaun Tan, Komako Sakai, Suzy Lee, la liste pourrait être encore très longue…

Très peu familiarisée avec la bande dessinée, mon arrivée en bibliothèque m’a permis de découvrir ce genre.

 Ton pire souvenir à la bibliothèque ?

Labouda : Haha c’est drôle ! Euh… Ah, j’ai trouvé ! A la bibliothèque Chaptal, l’heure de conte bilingue que j’ai faite devant les enfants et les adultes. Il y avait 60 personnes à peu près. Quand on me l’a annoncé, j’étais trop stressée. J’avais l’impression de jouer un spectacle devant le public. J’avais horreur de ça, mais après ça s’est très bien passé, j’ai essayé de m’apaiser. Merci Anne Laurence, David et Morgane.

Elise : Alors pour répondre, je vais raconter une petite anecdote. Une matinée en hôpital de jour, une petite fille assise sur mes genoux regardait un livre avec moi. Je me souviens même du livre, c’était « Paris en pyjamarama ». Un livre très visuel, où les illustrations s’animent. Concentrée sur les images animées, la fillette qui avait une petite envie pressante n’a pas voulu décoller ses yeux du livre… c’est alors que j’ai senti quelque chose tout chaud sur mes cuisses… pas besoin de vous donner plus de détails, je pense que vous avez deviné… Ce petit moment embarrassant pourrait être un mauvais souvenir, mais au contraire. Finalement, c’est un souvenir dont nous rions aujourd’hui.

Ton meilleur souvenir ?

Labouda : … Euh je n’en ai pas.

Elise : Je me rappelle du premier accueil d’un groupe d’enfants et adolescents Sourds d’un centre oraliste. Nous avions préparé des albums à raconter en bilingue avec Labouda. Cette première séance m’a particulièrement émue. Voir leurs regards, leur appétence pour les signes, pour cette langue qu’on ne leur a pas permis d’acquérir… Pouvoir observer le bonheur sur leurs visages pendant les histoires et l’enthousiasme de certains enfants face à la langue des signes reste l’un de mes meilleurs souvenirs à la bibliothèque Fessart.

Le public que tu préfères ?

Labouda : Les entendants qui font des efforts pour communiquer avec moi en quelques signes simples. C’est ce que je préfère.

Elise : Ma préférence a toujours penchée pour les très jeunes publics, entre 3 et 6 ans, quand la « magie » opère encore…

 Pourquoi travailler en bibliothèque Pôle Sourds ?

Labouda : En fait, quand je suis arrivée la première fois à bibliothèque Chaptal, moi-même j’ignorais pourquoi. Bien sûr je savais que Chaptal était pôle Sourds, mais avant je n’avais pas pensé qu’un jour je travaillerais en bibliothèque pôle Sourds. On m’a proposé de travailler au pôle Sourds de la bibliothèque Fessart. J’ai hésité, puis j’ai fini par accepter. Et voilà !

Elise : Pour faire découvrir la culture sourde et la langue des signes, et permettre à tous les publics, Sourds et entendants, signants et non signants, de se retrouver lors des temps d’animation et d’échanges que nous proposons.

Les actions menées par le Pôle Sourds qui te plaisent le plus ?

Labouda : Well … Les spectacles en LSF pour tout public. Les entendants peuvent découvrir la culture Pi Sourd, un peu comme de la sensibilisation à la LSF. Les animations, les ateliers, par exemple, sont accessibles en LSF pour accueillir les Sourds.

Elise : Les moments que je préfère sont ceux où l’on raconte des histoires bilingue français-LSF. Ces temps demandent beaucoup de préparation pour adapter au mieux l’album en langue des signes, tout en faisant attention à coordonner signes et voix. Mais ce sont des moments de partage et de complicité entre collègues et avec les publics qui n’ont pas d’équivalent.

Comment as-tu découvert la langue des signes ?

Labouda : Je ne pense pas pouvoir répondre. Je ne me souviens plus, j’étais petite, la LSF est ma langue maternelle.

Elise : J’ai rencontré la langue de signes lors de mon premier séjour au sein de l’association Project WHY à New Delhi en Inde. C’était en 2007. J’avais alors 17 ans. Bien que le projet ne concerne pas uniquement des enfants et adolescents Sourds, quelques signes simples (toilette, livre, boire, manger…) font parti du quotidien de chaque enfant. J’ai pu y apprendre mes premiers signes auprès de jeunes Sourds (en l’occurrence de la langue des signes anglaise -BSF-) et d’une jeune bénévole française, éducatrice pratiquant la LSF au quotidien dans son établissement. J’avais conscience de l’existence de la LSF depuis longtemps. Ma rencontre avec ces jeunes a renforcé ma curiosité et mon envie d’apprendre.

Ce qui t’a le plus surpris dans le fait de travailler avec des entendants/Sourds ? Ce que tu as découvert en travaillant avec des Sourds/entendants ?

Labouda : Non, je ne suis pas surprise quand je travaille avec des entendants car j’ai l’habitude d’y être confrontée dans ma vie quotidienne et grâce à des expériences de stages avec des entendants par exemple…

Elise : Je n’ai pas été surprise par quelque chose en particulier. Nous nous adaptons chacun les uns aux autres. Je fais sûrement plus attention à me positionner bien en face de la personne sourde, à faire des phrases plus courtes.

Quels sont vos projets pour le pôle Sourds de Fessart ?

Elise et Labouda : Le pôle Sourds de Fessart a connu une période assez difficile. Mais les différentes activités reprennent progressivement : heure du conte bilingue mensuelle, accueil d’une classe d’enfants Sourds, sensibilisation des classes du quartier au monde des Sourds et à la LSF… Nous voulons redonner une dynamique au pôle Sourds. Nous cherchons à développer et renouveler les documents sur la culture sourde et la LSF. Nous réfléchissons aussi à de nouvelles animations et ateliers à proposer aux publics Sourds et entendants. Nous avons l’espoir de nouer de nouveaux partenariats. Notre souhait serait de rendre accessible toutes les animations de la bibliothèque.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s